Comparer les annonces

Des conseils placements, pour la rentrée

Des conseils placements, pour la rentrée

Dans le revenuOlivier Grenon-Andrieu, donne des astuces sur les placements pour une bonne rentrée.

Retrouvez l’article complet ici.


Placements : quelques conseils pour bien aborder la rentrée

La rentrée est souvent l’occasion de réajuster sa stratégie de placements. Dans un monde de taux bas, les épargnants doivent revoir en profondeur leurs réflexes d’investissement en se tournant davantage vers les actions, mais aussi vers l’immobilier, le private equity et le crowdfunding. Analyse d’Olivier Grenon-Andrieu, président d’Equance.

Il y a encore quelques années, investir son épargne était un exercice facile. Les taux restaient élevés et les Français se tournaient massivement vers les fonds en euros d’assurance-vie qui délivraient des rendements substantiels.

Aujourd’hui, ces fonds totalisent plus de 1.400 milliards d’euros d’encours. Mais entre-temps, le monde a changé.

Prenez un peu plus de risques

Les placements sans risque ont désormais des rendements très faibles et il est devenu urgent de réallouer son épargne.

Les épargnants prennent lentement conscience du fait que les fonds en euros d’assurance-vie ne permettent plus de faire fructifier suffisamment leur capital avec un rendement voisin en moyenne de 1,5% par an.

Pour obtenir davantage de rendement, les épargnants doivent aller vers des classes d’actifs un peu plus risquées et volatiles en se tournant vers des solutions réellement créatrices de valeur à long terme.

Première solution : les actions cotées et non cotées

La déception des épargnants vis-à-vis des fonds en euros n’est toutefois pas une déception vis-à-vis de l’assurance-vie dans son ensemble, bien au contraire ! En effet, la fiscalité de ce support reste particulièrement avantageuse, notamment en ce qui concerne l’imposition des plus-values et l’aspect successoral.

L’assurance-vie reste ainsi l’un des meilleurs moyens pour accéder aux marchés actions via les nombreux fonds (Sicav et FCP) proposés au sein de chaque contrat. En France, une certaine méfiance entoure l’investissement en actions à cause de la crainte de pertes à court terme.

Pour autant, les marchés actions doivent être considérés dans la durée : à long terme, le couple rendement-risque de l’investissement en actions reste l’un des plus intéressants. Par ailleurs, pour les épargnants souhaitant être accompagnés dans le choix des fonds les mieux adaptés à leurs besoins, le fait d’avoir recours à un mandat de gestion ou à un mandat d’arbitrage peut être une bonne solution.

Les clients bénéficiant d’un solide patrimoine peuvent également diversifier une partie de leurs avoirs dans le domaine du private equity et du capital développement, c’est-à-dire de l’investissement dans le non coté via des instruments spécifiques.

Tout comme dans le cas des actions cotées, le private equity peut se traduire par des pertes, mais au cours des dernières années, ce type de placement a généré d’excellentes performances. Le private equity n’est toutefois pas accessible à tous les patrimoines : le «ticket d’entrée» pour entrer au sein d’un fonds de ce type se situe généralement à 100.000 euros, représentant au maximum 15% des actifs mobiliers de l’investisseur.

 


 

Retrouvez la suite de l’article ici.

Retrouvez toute la revue de presse Appart-Maison

Articles Similaires

Crédit immobilier : des taux avantageux

La rédaction de gestiondefortune, révèle les taux des crédits immobilier en cette fin...

continuer la lecture